Vaccin Covid et religion catholique : étude de la moralité des vaccins

Bonjour,
merci aux concepteurs du forum d’avoir prévu cette catégorie “religion”, c’est en effet un sujet peu abordé. Cela n’intéressera sans doute pas tout le monde mais je partage ici ces réflexions pour ceux d’entre vous qui seraient catholiques.

En effet, alors que le débat au sujet de la moralité des vaccins contre le Covid-19 est très vif Outre-Atlantique, aux États-Unis notamment, il est quasi-inaudible chez les catholiques français. Les hebdomadaires chrétiens, tout comme l’écrasante majorité des sites d’information catholiques « main stream », se distinguent par un silence assourdissant sur le sujet.

Le 21 décembre 2020, une note de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, approuvée par le Pape François, donne le feu vert aux vaccins produits à partir de lignées cellulaires de fœtus avortés par communiqué suivant :

Il est « moralement acceptable d’utiliser des vaccins anti-Covid-19 qui ont eu recours à des lignées cellulaires de fœtus avortés dans leur processus de recherche et de production ». Dans le cas de la pandémie actuelle, «tous les vaccins reconnus comme cliniquement sûrs et efficaces peuvent être utilisés en restant conscient que le recours à ces vaccins ne signifie pas une coopération formelle avec l’avortement dont sont issues les cellules à partir desquelles les vaccins ont été produits». Source : Doctrine de la Foi: les vaccins anti-Covid sont moralement acceptables - Vatican News

Le débat, déjà moribond en Europe, est alors clos et enterré. Et le sujet devient quasi-tabou dans les paroisses. Cependant, des voix s’élèvent dans le clergé, comme chez certains fidèles, contre ce discours unilatéral. Voici quelques analyses qui vont à contre-courant du discours pro-vax si répandu.
De la même manière que le débat est censuré dans le milieu scientifique, il est également occulté dans le milieu catholique. Mais dans un cas comme dans l’autre, il est important d’informer qu’il n’y a pas de consensus sur ce sujet des vaccins, ni chez les scientifiques, ni chez les catholiques. Voici quelques articles qui présentent et détaillent les arguments contre ces vaccins Covid.
Deux problèmes moraux bien distincts sont abordés : le premier, est en lien avec la balance bénéfices / risques et les incertitudes pour la santé de ces vaccins. Le second concerne spécifiquement l’utilisation de lignées cellulaires de fœtus avortés dans la chaîne de fabrication des vaccins.

Je rappelle ici deux extraits du Catéchisme de l’Eglise Catholique (CEC) :

CEC 2295 : Les recherches ou expérimentations sur l’être humain ne peuvent légitimer des actes en eux-mêmes contraires à la dignité des personnes et à la loi morale. Le consentement éventuel des sujets ne justifie pas de tels actes. L’expérimentation sur l’être humain n’est pas moralement légitime si elle fait courir à la vie ou à l’intégrité physique et psychique du sujet des risques disproportionnés ou évitables. L’expérimentation sur les êtres humains n’est pas conforme à la dignité de la personne si de plus elle a lieu sans le consentement éclairé du sujet ou de ses ayants droits.

CEC 2296 : […] De plus, il est moralement inadmissible de provoquer directement la mutilation invalidante ou la mort d’un être humain, fût-ce pour retarder le décès d’autres personnes.

Voici quelques articles sur la moralité des vaccins Covid, pour ceux qui auraient envie de creuser le sujet :

Ces derniers articles sont particulièrement percutants : les précisions apportées par Pamela Acker sur la manière particulièrement horrible avec laquelle sont pratiqués les avortements qui permettent d’obtenir ces lignées cellulaires sont à mettre en parallèle avec le fait que de nouvelles lignées cellulaires sont encore développées aujourd’hui, pour répondre à la demande croissante des chercheurs (la dernière date de 2015). Peu de gens savent ce qu’il se passe réellement dans les laboratoires : ce que font réellement les chercheurs, comment des lignées cellulaires fœtales sont obtenues, comment elles sont de plus en plus utilisées dans différentes recherches, comment un véritable “trafic” est en place depuis des décennies où des fœtus sont avortés pour servir de pièces détachées.

PS : le sujet de ce post n’est absolument pas le débat pour ou contre l’avortement, chacun étant libre de penser ce qu’il veut. Mais c’est d’informer de certains faits avérés, tout d’abord les catholiques, mais plus généralement toute personne qui serait intéressée par le sujet, et de donner des arguments à ceux qui s’entendraient répondre "mais le Pape François, il est pour le vaccin, donc si t’es catholique tu dois te vacciner ! ".

6 J'aime

Sauf erreur de ma part, le pape n’est pas toujours infaillible

2 J'aime

oui tout a fait !
il ne l’est d’ailleurs presque jamais, sauf dans des cas très précis formel qui n’ont pas était utilisé depuis des décennies !

1 J'aime

Ah oui, tout à fait, très bonne remarque, cela mérite d’être rappelé et précisé !

Un article sur le site d’actualités catholique Aleteia rappelle dans quelles circonstances s’applique l’infaillibilité pontificale :

Qu’est-ce que l’infaillibilité pontificale ? Par Mgr Jacques Perrier - Publié le 22/10/2019
Il y a 150 ans, le 18 juillet 1870, les pères du concile Vatican I définissaient le dogme de l’infaillibilité pontificale. Dans des conditions très restrictives, le pape peut exprimer de manière certaine ce qui est vrai en matière de foi ou de mœurs.
[…] L’infaillibilité ne joue que dans des conditions très restrictives. Il faut que le pape s’exprime comme pasteur universel : est donc exclue la prise de position sur des problèmes particuliers. Quelle que soit l’importance de Lourdes, le pape n’y a pas engagé son infaillibilité, même si les papes successifs ont donné de nombreux signes d’approbation. Il faut ensuite qu’il engage explicitement son autorité apostolique, celle qu’il détient comme successeur de Pierre : sont ainsi exclues les prises de position personnelles et les enseignements de circonstance, même très officiels comme les encycliques. Enfin, il faut que les « définitions » touchent à la foi et aux mœurs : sont ainsi exclues les questions politiques, ce que redoutaient les gouvernements de l’époque.
[…] À proprement parler, l’infaillibilité du pape n’a joué qu’une seule fois : pour la définition de l’Assomption de la Vierge Marie, à la Toussaint 1950. […]
Source : https://fr.aleteia.org/2019/10/22/quest-ce-que-linfaillibilite-pontificale/

C’est très important de bien réaliser ici que le sujet des vaccins, qui est une matière sanitaire (ou même politique) n’est, en tout cas, nullement un sujet qui touche à la foi ou aux mœurs. De plus, les conditions requises pour que cette infaillibilité s’applique, ne sont pas réunies dans ce cas.
Donc, l’infaillibilité pontificale ne saurait en aucun cas s’appliquer ici. Les déclarations du Pape François au sujet du vaccin ne sont donc en rien contraignantes pour les fidèles, il s’agit seulement de l’avis de Jorge Mario Bergoglio. Cette précision me paraît primordiale afin de ne pas induire les catholiques en erreur, de les encourager à approfondir la question et enfin, de leur laisser la liberté d’agir en âme et conscience.

Donc non seulement un catholique a le droit d’être en désaccord avec le pape François, mais plusieurs évêques dans le monde s’expriment régulièrement pour faire part de leurs désaccords. Le sujet des vaccins en est un excellent exemple. Voir par exemple L’appel pour l’Église et pour le monde aux fidèles catholiques et aux hommes de bonne volonté du 7 mai 2020, co-signé par 3 cardinaux, 7 évêques et une multitude de prêtres, journalistes, spécialistes du Vatican, historiens, écrivains catholiques mais aussi scientifiques, médecins, avocats ou responsables associatifs qui dénoncent la plandémie. Voir lien ici : https://www.lifesitenews.com/images/pdfs/Appel_en_Francais_(finale)-1.pdf

Source : https://www.valeursactuelles.com/societe/covid-19-la-charge-sans-concession-de-plusieurs-cardinaux/

Le Pape François est aussi corrompus que tous les gouvernements, il n’est pas vraiment un bon exemple à suivre

1 J'aime

C’est certain que les catholiques ne doivent pas oublier que l’exemple à suivre est le Christ et pas le Pape :innocent: ! Cela est vrai en tout temps, mais peut-être plus encore en ces temps troublés …
Je fais partie de ceux qui pensent que cette crise a une dimension spirituelle.

En effet, le Pape François a prononcé des mots très choquants, durs et tranchés :

Le Pape s’en est violemment pris à ceux qui s’opposeraient au vaccin et à sa diffusion. Le refus d’un tel remède s’apparenterait selon lui à un « négationnisme suicidaire » incompréhensible. Des mots particulièrement violents, puisque le terme « négationnisme » fait habituellement référence, entre autres choses, à la négation de la Shoah. […] Et le pape François de conclure : « Je crois que, d’un point de vie éthique, tout le monde doit se faire vacciner, c’est un choix éthique parce ce qu’on met à risque sa santé, sa vie, mais aussi la vie des autres ».
Source : https://www.valeursactuelles.com/societe/le-pape-francois-denonce-lopposition-aux-vaccins-et-la-qualifie-de-negationnisme-suicidaire-127343

Comment, pour un catholique, concilier de tels propos avec les faits, avérés, qui décrivent le mode de fabrication des lignées cellulaires utilisées pour ces vaccins ?!?!

Citation de Pamela Acker, biologiste ayant travaillé dans le milieu des vaccins :
Les chercheurs qui ont été impliqués dans [la fabrication des lignées cellulaires issues de foetus avortés] ont déclaré publiquement qu’il « faut obtenir ce tissu dans les cinq minutes suivant l’avortement pour qu’il soit viable de manière optimale ; si vous attendez une heure, c’est inutile. »
[…] Dans de nombreux cas, les bébés… parce que c’est fait exprès à des fins de recherche… vont effectivement être mis au monde par césarienne. Les bébés sont dans certains cas encore vivants lorsque les chercheurs commencent à extraire les tissus. Au point que leur cœur bat encore et qu’ils ne reçoivent généralement pas d’anesthésie car cela perturberait les cellules que les chercheurs essaient d’extraire. Ils retirent donc ces tissus alors que le bébé est encore en vie, dans des conditions extrêmement douloureuses, ce qui rend l’opération encore plus sadique.
»
Source : https://leblogdejeannesmits.blogspot.com/2021/01/une-specialiste-des-vaccins-pamela.html

L’utilisation de tissus fœtaux avortés dans le cadre du développement d’interventions médicales alimente très certainement, et alimentera toujours la recherche de nouveaux tissus fœtaux avortés. Les lignées de cellules fœtales ne durent en effet pas indéfiniment, et les fabricants de vaccins sont fortement poussés à créer de nouvelles lignées qui correspondent aux anciennes […] Cela s’est produit à de multiples reprises au cours des dernières décennies, la lignée cellulaire fœtale avortée la plus récente ayant été mise au point en 2015. Source : https://leblogdejeannesmits.blogspot.com/2021/03/une-centaine-de-femmes-parmi-lesquelles.html

Je vous propose la lecture d’un texte de Monseigneur Vigano, archevêque catholique italien, ancien nonce apostolique (l’équivalent d’un ambassadeur pour le Vatican) qui s’est opposé à plusieurs reprises au Pape François. Il commente ici les propos pro-vax de ce dernier :

Le 14 janvier 2021, lettre de Mgr Vigano :
« Il y a quelques jours, une interview a été diffusée sur Canale5 dans laquelle Jorge Mario Bergoglio apparaissait dans un rôle inhabituel : celui de « sponsor » des entreprises pharmaceutiques. […]. Le fait que le vaccin n’offre aucune garantie d’efficacité, mais qu’il peut au contraire entraîner de graves effets secondaires ; le fait que dans certains cas, il a été produit à partir de cellules provenant de fœtus avortés, et qu’il est donc absolument inconciliable avec la morale catholique […] – tout cela ne signifie pas grand-chose aux yeux de ce nouvel « expert » qui, sur la base d’une compétence médicale totalement nulle, recommande maintenant le vaccin aux fidèles tout en utilisant son autorité souveraine pour exiger des citoyens du Vatican qu’ils se soumettent à un traitement douteux au nom d’un « devoir éthique » non défini. […]»
Source et texte complet : https://leblogdejeannesmits.blogspot.com/2021/01/mgr-vigano-commente-la-promotion-du.html

2 J'aime

alors moi, qui suis catholique pratiquant, fidel à l’Eglise catholique. je suis a 100% dans ligne vigano

sont dernier message, je le partage et j’approuve chaque mots.

La vérité sur le sommet de la peur : Covid-19, le vaccin et le « Great reset » - medias-presse.info

La vérité sur le sommet de la peur : Covid-19,

le vaccin et le « Great reset » (1)

Venite, faciamus nobis civitatem et turrim, cujus culmen pertingat ad cœlum.

Viens, faisons-nous une ville et une tour, dont le sommet atteindra le ciel ( Gn 11, 4)

“Un temps vient où les hommes deviendront fous, et quand ils voient quelqu’un qui n’est pas fou, ils l’attaqueront en disant : Vous êtes fou, vous n’êtes pas comme nous” (Saint Antoine le Grand)

Je suis très reconnaissant au Dr Patrick Coffin de l’opportunité qui m’a été donnée de participer au sommet mondial “La vérité surmonte la peur : le Covid-19, le vaccin et le Great Reset [la grande réinitialisation]”. Alors que je me prépare à prendre la parole, je veux saluer chacun des participants et bénir leur engagement au service de la vérité, surtout en ces heures de grande confusion, d’obscurcissement des esprits et des consciences.

Vous avez certainement pris note de ma déclaration du 25 mars, par laquelle je voulais en quelque sorte lancer cet événement et anticiper les questions, en traitant certaines d’entre elles de manière plus articulée. Ce que je vais vous dire maintenant touche d’autres aspects et entend en quelque sorte compléter ma déclaration précédente.

Les médias, les politiciens, les dirigeants de grandes entreprises, et même les prêtres et les évêques nous parlent de manière obsessionnelle d’un monde connecté, dans lequel les facultés du corps humain sont amplifiées par une série d’appendices technologiques qui nous permettent de parler à notre automobile, d’allumer la lumière du salon en parlant à un cylindre en plastique, d’obtenir des informations sur le trafic routier grâce à Alexa, de commander des sushis depuis notre téléphone portable et de savoir que le lait de notre réfrigérateur approche de sa date de péremption. Selon eux, ce monde représente l’accomplissement et le progrès de l’humanité. Beaucoup des merveilles qui nous attendent sont déjà disponibles. D’autres sont imminentes, déjà brevetées et prêtes à être mises sur le marché.

Imaginons un instant que l’un d’entre nous, par hasard, se soit isolé de tout cela au début de l’année dernière. Imaginons qu’il ait décidé de se retirer dans un chalet de montagne afin d’écrire un livre, ou qu’il soit entré dans un monastère pour une période de méditation et de prière. Pas de télévision, pas de journaux, pas de médias sociaux, pas de nouvelles de dernière minute sur son téléphone portable. Seulement les rythmes de la nature, le chant des oiseaux, le souffle du vent, le grondement du torrent de montagne, le tintement de la cloche. Jusqu’au moment où, après plus d’un an, cet ami chanceux a mis fin à sa période d’isolement et est retourné dans le monde, persuadé qu’il le trouverait tel qu’il l’avait laissé.

Qu’est-ce que cette personne, qui était loin pendant que nous étions tous enfermés dans nos maisons à cause des confinements imposés par presque tous les gouvernements du monde, va trouver à son retour ?

Eh bien, notre ami va découvrir que pendant qu’il se consacrait à son roman ou à la méditation des Pères de l’Église, le monde est littéralement devenu fou. Un syndrome grippal, qui, selon les données officielles, provoque presque le même nombre de décès chez les personnes âgées et faibles que n’importe quelle autre grippe saisonnière normale, a été utilisé comme prétexte pour semer la terreur au sein de la population, grâce à la complicité des politiciens, des médias, des médecins et des forces de l’ordre. Il se verra entouré de personnes qui portent des masques même à l’extérieur, parce que quelqu’un a dit que cela empêcherait l’infection. Lorsqu’il retournera dans sa ville natale et voudra faire des courses, il constatera qu’il est expulsé de l’épicerie parce qu’il ne porte pas cette muselière ridicule, et il ne pourra pas aller manger au restaurant sans être soumis à un test par écouvillonnage qui, jusqu’à l’année dernière, était indiqué comme inefficace à des fins de diagnostic. Il s’entendra dire que cette “pandémie” a causé des millions de morts, même si en 2020, dans toutes les nations du monde, le nombre de morts était en gros exactement le même que les années précédentes. Et il entendra aussi dire que, à cause d’un virus de la grippe qui mute notoirement comme n’importe quel autre coronavirus, les autorités mondiales ont acheté des milliards de doses de vaccins qui, de l’aveu général, ne servent à rien, puisqu’ils ne garantissent pas l’immunité et ont même des effets secondaires graves, que personne ne veut reconnaître.

Notre ami sera déconcerté d’apprendre que, lors de la première flambée d’infections dans un endroit reculé de Chine, au lieu de bloquer les vols et les contacts avec les pays étrangers, certains ont crié au “racisme” et ont pris soin de montrer leur solidarité en allant manger des rouleaux de printemps au restaurant chinois local, avec une ribambelle de photographes et de journalistes à leurs trousses. Il apprendra dans les journaux que de nombreuses nations, depuis plus d’une décennie, ont affaibli la santé publique, fermé des hôpitaux et abandonné leurs plans de lutte contre la pandémie comme dépassés. Et il ne comprendra pas pourquoi les traitements efficaces et les soins à domicile ont été bannis, au profit de l’attente de l’aggravation de l’état des personnes infectées, afin de les hospitaliser dans des unités de soins intensifs et de les faire mourir sous des ventilateurs pour respiration profonde. Il sera choqué quand on lui dira que les morts ont été privés d’autopsie et soumis à une crémation sans aucun service funéraire religieux, comme si ceux qui les ont laissés mourir ne voulaient pas laisser de traces de leurs méfaits.

Vous pouvez imaginer combien l’absurdité de tout cela semble incompréhensible, pour une personne qui n’est pas bombardée quotidiennement par les nouvelles terroristes des médias. Et combien incompréhensible est la passivité et l’obéissance résignée des masses aux diktats des autorités civiles et religieuses. Car notre ami découvrira qu’à l’église aussi les choses ont changé : l’eau bénite n’est plus là, les agenouilloirs ont disparu pour faire place à des chaises espacées par des panneaux indiquant où s’asseoir, combien de personnes peuvent entrer, et que la communion doit être reçue dans la main pour des raisons d’hygiène. Il apprendra que non seulement les curés et les évêques se sont adaptés à la folie collective, mais qu’ils y ont même contribué personnellement, allant dans certains cas jusqu’à exiger des tests et des vaccins pour ceux qui veulent assister aux offices. Ils lui montreront la fameuse vidéo de Bergoglio tout seul sur la place Saint-Pierre, ou l’interview dans laquelle il promeut les vaccins comme un “devoir moral”, même s’ils sont produits avec des matériaux provenant de fœtus avortés. Et ils lui diront que la Congrégation pour la Doctrine de la Foi s’est empressée de déclarer ces vaccins moralement licites.

Lorsqu’il parlera avec des amis dont il n’a pas eu de nouvelles depuis plus d’un an, notre ami apprendra qu’on leur a interdit de sortir, de se réunir pour les fêtes, de célébrer Pâques et Noël, d’aller à la messe, de se confesser, de recevoir les sacrements ; que l’État a imposé des fermetures et des couvre-feux, fermant les magasins et les restaurants, les musées et les gymnases, les écoles et les bibliothèques. Tout est fermé, par peur d’un virus de la grippe qui pourrait être guéri – qui peut être guéri – avec des traitements que l’OMS et d’autres “experts” ont interdits, ordonnant plutôt “l’attente vigilante”. Et s’il demande pourquoi personne n’a protesté, il entendra que les manifestations de dissidence ont également été interdites et réprimées par la police à coups de matraque. On lui dira que, dans certains pays, des centres de détention ont été construits pour ceux qui ne veulent pas se faire vacciner, tandis qu’une application a été rendue obligatoire pour suivre les déplacements des citoyens, et qu’aujourd’hui on théorise l’utilisation d’une puce sous-cutanée qui détecterait la positivité au virus ou servirait de passeport vaccinal, grâce auquel il serait possible de voyager en avion ou d’aller au restaurant.

Et tout cela a été possible grâce au silence des magistrats, tandis que des comités scientifiques anonymes donnaient des ordres à tout le monde avec des protocoles absurdes et inefficaces. Des millions de personnes assignées à résidence auraient dû réduire le nombre d’infections, alors qu’en réalité, les pays dans lesquels les assignations n’ont pas été imposées ont connu moins de décès. Des millions de personnes contraintes de ne pas travailler, réduites à la misère par des décisions illégitimes et inconstitutionnelles, ont obéi, attendant des aumônes ridicules promises mille fois et qui n’arrivent jamais. Des millions, voire des milliards de personnes ont subi les décisions de quelques “philanthropes” qui ont réussi à imposer des vaccins produits par des entreprises pharmaceutiques dont ils sont les principaux actionnaires, avec l’approbation d’organismes de contrôle qu’ils financent principalement. Aucun conflit d’intérêt, aucun crime contre l’humanité, aucune violation des libertés naturelles et des droits fondamentaux des citoyens. Tout s’est déroulé sans heurts, comme dans un film dystopique.

Eh bien, cher ami, ce à quoi notre ami est confronté est le monde fantaisiste souhaité par le Great Reset, par les partisans du Nouvel Ordre Mondial, par les adeptes de la secte mondialiste. Un monde transhumain, dans lequel des algorithmes nés d’esprits malades et diaboliques décident si vous pouvez sortir de chez vous, quels traitements doivent être administrés, quelles activités peuvent être poursuivies, et quelles personnes ont le droit de travailler. Et tandis que nous étions emprisonnés sans barreaux dans nos maisons, croyant aux publicités folles de la télévision et des médias sociaux, dans l’obscurité, ils installaient partout des tours 5G, afin de rendre possible la percée technologique censée connecter tout le monde et tout ce qui existe, des mixeurs aux iPads, des voitures électriques à l’enseignement à distance. Avec l’obligation perpétuelle de maintenir une “distance sociale” et de se faire vacciner tous les six mois, même si tout va bien, au nom d’une pandémie dont on ne voit pas les dégâts, sauf dans le récit médiatique et dans sa gestion malheureuse par les politiciens et les médecins du régime.

Notre ami n’est pas médecin, mais comme il n’a pas vécu cette année et demie de délire sanitaire bombardé par les nouvelles grand public sur sa télévision, son ordinateur et son téléphone portable, il est en mesure de saisir la folie de ce qui nous est arrivé à tous, ainsi que le plan criminel qui a été perpétré par l’élite. Il ne lui échappera pas non plus – comme il ne nous échappe pas – que la hiérarchie catholique a joué un rôle dans l’imposition du récit officiel, utilisant l’autorité de l’Église pour ratifier un crime monstrueux, une fraude colossale contre Dieu et l’homme.

Si nous faisons une comparaison entre la façon dont nous vivions en janvier 2020 et celle dont nous sommes réduits à vivre aujourd’hui, nous ne pouvons que reconnaître le succès de ce plan infernal, accepté par la majorité des gens comme inévitable. Il y a ceux qui, incapables d’accepter l’irrationalité intrinsèque des dispositions adoptées par leurs gouvernants, suspendent tout jugement et se livrent à leurs bourreaux. D’autres, tentant de trouver un sens surnaturel à la folie collective, prient Dieu pour la fin d’une peste inexistante ou s’adaptent aux nouvelles liturgies païennes du Covid. D’autres encore, plus combatifs, ne parviennent pas à se résigner à la monstruosité de ce qui se passe et espèrent une intervention divine.

Si seulement nous avions le bon sens de penser de manière autonome, d’utiliser la rationalité dont nous avons été dotés par le Père Éternel, nous comprendrions immédiatement que cette horreur n’est rien d’autre que le “monde à l’envers” voulu par l’Ennemi éternel du genre humain, l’enfer sur terre tant désiré par les serviteurs de Satan, le Nouvel Ordre Infernal qui est le prélude à l’avènement de l’Antéchrist et à la fin des temps. Ce n’est qu’ainsi que nous pourrons comprendre l’apostasie des plus hauts niveaux de l’Église, tous choisis pour faire preuve d’obéissance à l’idéologie mondialiste, au point de renier le Christ sur la Croix et de préférer les lourdes chaînes de Lucifer au doux joug du Christ.

S’il y a un “Great Reset” dont l’humanité a vraiment besoin, il ne peut se produire que dans le retour à Dieu, dans une véritable conversion des individus et de la société au Christ-Roi, que nous avons trop longtemps laissé détrôner au nom d’une liberté perverse qui permet et légitime tout sauf le Bien. Ce Great Reset, cette “grande remise à zéro”, s’est accomplie sur le Golgotha, au moment où Satan a cru mettre à mort le Fils de Dieu et empêcher la Rédemption, alors qu’en réalité il signait sa propre défaite définitive. Ce dont nous sommes témoins aujourd’hui n’est qu’un douloureux contrecoup de la bataille entre le Christ et Satan, entre la progéniture de la Femme revêtue de lumière dont parle le Livre de l’Apocalypse et le lignage maudit de l’ancien Serpent.

Ainsi, à l’approche de la persécution de la fin des temps, nous avons la certitude surnaturelle que même cette pandémie grotesque, misérable prétexte à l’établissement d’une synarchie antihumaine et antichristique, est vouée à la défaite, car le Christ a déjà vaincu l’éternel Vaincu par une victoire écrasante et inexorable. Forts de la certitude de cette victoire historique, dont nous verrons peut-être très bientôt le triomphe, nous devons lutter sous la bannière du Christ-Roi et sous la protection de la Reine des Victoires, à qui le Seigneur a donné le pouvoir d’écraser la tête du Malin.

Si nous revenons au Christ, en commençant par nous-mêmes et nos familles, nous réussirons non seulement à ouvrir les yeux pour comprendre l’absurdité de ce qui se passe autour de nous, mais nous saurons aussi comment lutter efficacement avec les armes invincibles de la Foi. “Omne, quod est ex Deo, vincit mundum : et haec est victoria, quae vincit mundum, fides nostra. – Car quiconque est engendré par Dieu vainc le monde : et voici la victoire qui vainc le monde, notre foi” (1 Jn 5,4). Alors, la nouvelle tour de Babel, le château de cartes de la Covid, la farce des vaccins et la fraude du Great Reset s’écrouleront inexorablement, manifestant dans leur nature diabolique le plan meurtrier de l’Adversaire et de ses serviteurs.

Regardons la Nouvelle Jérusalem qui descend du ciel, la Sainte Église, qui, dans la vision de saint Jean, apparaît “comme une épouse parée pour son époux” (Ap 21, 2). Écoutons la voix forte qui annonce : “Et Dieu essuiera toute larme de leurs yeux, et il n’y aura plus ni mort, ni tristesse, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu” (Ap 21, 4). Notre “grande remise à zéro” est accomplie en Notre Seigneur : “Voici que je fais toutes choses nouvelles” (Ap 21, 5) ; “Je suis l’Alpha et l’Oméga, le commencement et la fin” (Ap 21, 6). Que toute la Cour céleste nous assiste et nous protège dans cette bataille historique, dans laquelle nous avons la gloire de servir sous les insignes du Christ Roi et de Marie Reine.

  • Carlo Maria Viganò, archevêque, Ancien Nonce Apostolique aux États-Unis d’Amérique – 8 mai 2021
2 J'aime