Soyons fous , allez un autre texte de notre Vanessa SIGALAS

LE FOU DU ROI

de Vanessa Sigalas

Chez les injectés c’est comme pour le covid, ça fonctionne aussi par vague. La première fut celle des personnes vulnérables, âgées et fragiles qu’on n’avait pas envie de soigner. Ensuite les flippés, paralysés par la peur d’un méchant virus dont la létalité est de 0,1%. La troisième vague celle des matérialistes pour qui le consumérisme romantique (vacances, restos, cinés…) est le plus important dans la vie et la quatrième celle des martyres, ceux qui ont été forcés et violés, à qui on a extorqué un consentement pour une expérimentation avec un flingue sur la tempe. Et puis il y a aussi ceux qui adhèrent mordicus au consensus scientifique et à la politique de l’autruche, ceux qui trouvent toujours des excuses et explications de moins en moins crédibles, les fake checkers, debunkers et autres zeteticiens, des impostures scientifiques, ou encore tous ces naïfs qui vivent dans le monde des bisounours comme s’ils avaient 5 ans, qui croient toujours au Père Noël et aux contes de fées, qui croqueraient sans soucis dans la pomme empoisonnée pour continuer de faire de beaux rêves au pays imaginaire, qui prendraient le loup pour la grand-mère tellement ils sont aveuglés!

Je suis fascinée par la crédulité de cette dernière catégorie, les fous du roi, capables de croire bêtement tout ce que leur raconte leur suzerain , virtuose de l’illusion et de la confusion, maestro de la virevolte et de la pirouette qui dit tout et son contraire, tout le temps. La grippette qui n’empêcherait jamais le pays des lumières d’aller au café et au théâtre devenue la peste noire qui a fait se confiner le pays. Tests limités puis illimités, masques inutiles puis obligatoires, même pour les enfants non contaminants qui le sont devenus par enchantement. Vague sein sans danger et efficace non obligatoire devenu non-efficace et obligatoire avec risque de complication importante. Une dose, deux doses, trois doses, quatre doses, ça ne fonctionne pas puisque le vax issu de la souche officielle est depuis longtemps obsolète mais pas grave, on recommence. La folie c’est de toujours faire la même chose et de s’attendre à un résultat différent (Einstein). Un peu comme si on prenait du Doliprane et qu’en absence de résultat, on renouvelait quand même trop souvent les doses en espérant de la magie, sans s’attendre à un résultat toxique. La surmédication ce n’est pas bon pour la santé mais dans cette société, pas de problème pour la survaxcination ! Du coup même les mélanges sont possibles, un vrai cocktail molotov aux effets inconnus, tout ça sans essai clinique comme des apprentis sorciers, des savants fous ou des gamins qui s’amuseraient à faire n’importe quelle expérience à l’école en TP de chimie. Ce qui importe c’est le nombre de morts, puis de cas, puis de variants, on ne comprend rien, les règles changent tout le temps. Debout, assis, couché, la papatte, les gens obtempèrent comme des toutous, prêts à se faire vacciner, tatouer, pucer, stériliser s’il le faut pour des plaisirs futiles et une friandise imaginaire.

On ne compte plus tous les mensonges, incohérences, revirements de situation, alors difficile de comprendre comment les gens peuvent continuer de faire confiance en courant à la piqure au moindre coup de pression médiatique et social en faisant comme si les scandales sanitaires n’avaient jamais existé : Médiator, Distilbène, sang contaminé, affaire des prothèses mammaires PIP et des implants macro-texturés cancérogènes, polémique du levothyrox, hormone de croissance, vache folle, Dépakine, Chlordécone, crise des opioïdes etc, comme si le nuage de Tchernobil c’était bien arrêté à la frontière, que rester des heures au soleil c’était très bon pour la peau comme on l’affirmait à une époque ou encore que l’amiante ce n’est pas dangereux, ni fumer comme l’industrie du tabac essayait de le faire croire en payant des études bidons. Il n’y a qu’un fou qui pourrait encore croire en toutes ces balivernes médiatiques et qui miserait toute sa fortune et sa vie à la roulette russe ou au casino, kamikaze prêt à hypothéquer sa santé pour des loisirs et pouvoir toujours continuer de consommer plus car dans cette société de dégénérés et de l’immédiateté, tout doit s’obtenir tout de suite même si le risque est inconsidéré. Ce n’est pourtant pas un signe de bonne santé mentale d’être bien adapté à une société malade (Jiddu Krishnamurti). Cela montre l’état psychologique dans lequel sont ces gens, ces bouffons du roi, qui tant que les merdias maintiennent l’illusion, ne voient pas plus loin que leur bout de leur nez puisque le principal fléau de l’humanité n’est pas l’ignorance mais le refus de savoir (Simone de Beauvoir).

Tous ces naïfs prêts à donner leur corps à la science sans soucis comme si c’était un exploit ou un sacrifice, déterminés à s’injecter un remède dont personne n’est responsable en cas de problème. Ces ayatollahs de la piqure qui ne voient pas la manipulation perverse pour en arriver là. Ces crédules qui font aveuglément confiance car c’est tout simplement plus facile que de se poser des questions ou se remettre en question. Ces abrutis qui pensent encore qu’on leur veut du bien. Ces passifs qui ont choisi de baisser les bras et attendre sans rien faire, qui n’ont toujours pas compris que la destruction de l’hôpital concernera tout le monde, qu’on soit vague ciné ou non puisque le plan n’a jamais été de soigner correctement bien au contraire. Ces endormis qui préfèrent continuer de fermer les yeux car la réalité serait trop dure à accepter alors c’est plus rassurant de rester dans le déni. Ces lâches qui préfèrent se mentir à eux-mêmes plutôt que de se battre. Ces idiots qui se foutent de ce qu’il y a dans leur injection car de toute façon ils ne savent pas ce qu’il y a dans leur big mac ou leur hot dog, heureux d’avouer ouvertement que se sont des ignares et de s’en contenter. On pourrait aussi bien leur refiler de l’arsenic ou de la mort au rat à la place qu’ils n’y verraient que du feu si BFM leur disait que c’est sans danger et scientifiquement prouvé. Ces irrécupérables qui ne changeront jamais leur mode de vie en considérant la médecine comme dieu tout-puissant, prêts à attendre des heures pour un Mac Do nutritionnellement degueulasse. Tous ces crétins heureux de vivre dans un asile à ciel ouvert, contents de présenter un laisser passer pour des activités qu’ils pouvaient faire sans laisser passer, qui ne voient pas le mal à la ségrégation médicale, aux mesures extrémistes, à masquer et piquer des enfants qui n’en ont pas besoin, qui acceptent toute cette ignominie, de vivre une dystopie à la Black Mirror comme on en voit sur Netflix. Ces indifférents qui font comme si de rien était, prêts à donner leurs enfants en offrande au roi. Ces détachés qui ne voient pas où est le problème. Ces égoïstes qui s’en foutent complètement du voisin ou de l’ami non-vax discriminé aussi bien qu’à la fin, nous ne nous rappellerons pas les mots de nos ennemis, mais le silence de nos amis (Martin Luther King). Pendant qu’ils sont au resto, ciné ou à une expo, trop occupés à leur vie superficielle, ils ne prennent aucune nouvelle, ça ne les concernent pas, puisque dans cette société c’est chacun pour soi et chacun sa merde. La tolérance atteindra un tel niveau qu’on interdira aux personnes intelligentes de penser pour ne pas offenser tous les imbéciles (Dostoievski). Ces imbéciles qui se plient à cette tyrannie sans broncher par lâcheté et pour des plaisirs futiles, acceptent cette dictature qui a l’apparence de la démocratie, une prison sans murs dont les prisonniers ne songeraient pas à s’évader. Un système d’esclavage où, grâce à la consommation et au divertissement, les esclaves auraient l’amour de leur servitude (Aldous Huxley).

Tous ces pantins prêts à jouer aux cobayes car le rat est libre d’aller n’importe où, tant qu’il reste dans le labyrinthe (Margaret Atwood). Ces endoctrinés qui ont perdu leur humanité mais aussi leur lucidité et instinct de survie par la même occasion. Ces ahuris qui ne pigent toujours pas pourquoi certains continuent de défendre leur liberté. Ces jaloux qu’il reste des gens avec plus de couilles qu’eux, qui osent ne pas suivre la pensée unique ni le narratif officiel. Ces hargneux de constater assez de septiques, méfiants et prudents pour ne pas suivre cette secte intégriste de merde. Ces rageux car il existe des récalcitrants qui ne pensent pas pareil pour les conforter dans leur choix foireux alors il faudrait que tout le monde sombre avec eux puisqu’au fond ils savent qu’une injection à refaire tous les 6 mois car les doses précédentes ne fonctionnent pas, ce n’est pas un vague sein mais une arnaque. Ces faibles d’esprit qui préfèrent se voiler la face et entraîner tout le monde dans la même grosse connerie irréversible car cela serait psychiquement insupportable de réaliser et d’admettre qu’ils se sont bien fait baiser ! Tous ces collabos, ces bouffons et serviteurs du roi, qui se prennent pour les bons petits élèves, les premiers de la classe, ces fayots qui voudraient nous faire taire, qu’ils profitent bien tant qu’il en est encore temps, avant que la roue tourne et que le karma ne les remette à leur place. Pleurera bien qui pleurera le dernier car quand les doubles dosés devront recommencer pour conserver leurs droits, on verra s’ils retourneront tous à l’abattoir et dans le cas contraire, ils seront traités et discriminés comme les non-vax qu’ils détestent et critiquent. Ce n’est qu’une question de temps avant que le château de cartes s’effondre, que ces fous du roi réalisent qu’ils ont été dupés et manipulés, qu’ils se sont faits avoir comme des rats, qu’ils se souviennent que la belle au bois dormant est tombée dans le coma après la piqûre, qu’ils comprennent enfin que les contes de fées existent non pas pour se réaliser en vrai mais uniquement pour enseigner aux enfants et les dystopies pour rappeler aux adultes, la méfiance et le courage qui sauvent.

13 « J'aime »

Bravo ! Tout y est… Très belle analyse d’une situation hallucinante ! :clap:
Bon courage…
Moi ce sera résistance et désobéissance (je ne travaille plus). Très triste et en colère pour tous les soignants en particulier. Jamais je n’aurai pu penser vivre cette folie !!!
Bonne journée en espérant des jours meilleurs :thinking:

4 « J'aime »

Encore un bien beau texte, tout y es, une belle lucidité implacable et indiscutable, je suis moi aussi fascinée de voir avec quelle facilité “on” se couche, :shushing_face:

1 « J'aime »