Saison froide : perspective, stratégie, questions


————
A l’automne, le “méchant virus” sera de retour. Et les infections respiratoires hivernales classiques seront montées en épingle. Nous aurons droit à des graphiques alarmistes, les médecins de plateau vont venir faire la morale et effrayer la populace, les autorités vont nous écrabouiller encore un peu plus…

Avec un nombre de vaccinés considérable, dont l’organisme a été affaibli, abimé, sapé par des produits dégueulasses, on risque d’ailleurs d’assister à une hécatombe réelle. Face à des maladies inoffensives, l’immunité sabotée de bcp de personnes ne sera plus en mesure de les protéger. Beaucoup craignent ce scénario. Et l’on accusera… les non-vaccinés.

Quelle stratégie adopterons-nous ?


A samedi dans les rues…

6 « J'aime »

Perso je prends soin de mes proches en les aidant à mener une vie saine physiquement et mentalement. Je reste attentive à nourrir mes réseaux et groupes pour s’encourager et se soutenir mutuellement, je fais confiance aux jeunes qui m’entourent ( j’ai 70 piges ) !

3 « J'aime »

https://www.facebook.com/antennebelgereinfocovid/posts/190303949760442?comment_id=190367049754132&reply_comment_id=190444333079737&notif_id=1628625317710954&notif_t=feed_comment_reply&ref=notif

Bonjour @Pierre13e

En effet, c’est une réelle question à se poser. Quelle stratégie adopter ? Que ce soit sur le long terme ou à court terme…
J’ai 25 ans, je vais bientôt commencer un nouveau boulot en contact avec des clients dans le domaine de l’ingénerie et j’angoisse d’être contrainte à me faire vacciner …
C’est vrai que j’ai pas la contrainte en ce moment, mais ça viendra, et je pense pour tout le monde dans tous les secteurs…
Et quoi faire ?
Pour ma part, j’essaye de réflechir à un plan B pour mon travail (Point le plus important à mes yeux, puisse qu’il faut se nourrir), en devenant artisant/créateur ou pourquoi autres choses…
Mais c’est vraiment compliqué de sauter comme ça les yeux fermés vers l’inconnu en ne sachant même pas si la reconversion nous sauvera/ atténuera ces lois totalitaires.

Bref, je n’ai pas grand choses à proposer à par mes impressions…Mais j’espère de tout coeur que nos échanges nous permettrons de trouver une solution viable pour un monde plus centré sur l’humain et mois sur la rentabilité.

2 « J'aime »

Bonjour Pierre13e,

A votre question: “Quelle stratégie adopterons-nous ?”, j’ai cette réponse: Nous cesserons de manger de la viande.
Cela peut sembler hors sujet mais lisez cette article: Ferritin levels and COVID-19 | Pan American Journal of Public Health
On y apprend que les formes graves de Covid19 sont corrélées aux taux de ferritine élevés dans le sang. Personnellement, je suis végétarienne et ma ferritine est basse: j’ai eu un Covid19 asymptomatique.
Voilà si cette stratégie vous convient, je vous invite à l’appliquer.
Bonne continuation.
PS: ci-dessous, la traduction en français.

[Extrait-Aucun résumé disponible] La ferritine est un médiateur clé du dérèglement immunitaire, en particulier dans les cas d’hyperferritinémie extrême, via des effets immunosuppresseurs et pro-inflammatoires directs, contribuant à la tempête de cytokines. Il a été rapporté que les issues fatales du COVID-19 s’accompagnent d’un syndrome de tempête de cytokines, il a donc été suggéré que la gravité de la maladie dépend du syndrome de tempête de cytokines. De nombreuses personnes atteintes de diabète présentent des taux de ferritine sérique élevés, et on sait qu’elles sont confrontées à une probabilité plus élevée de souffrir de complications graves du COVID-19. Sur cette base, nous passons brièvement en revue les preuves soutenant l’hypothèse selon laquelle les niveaux de ferritine pourraient être un facteur crucial influençant la gravité du COVID-19.
Dans une étude portant sur 20 patients atteints de COVID-19, il a été constaté que les personnes atteintes de COVID-19 sévère et très sévère présentaient une augmentation du taux de ferritine sérique, la ferritine sérique étant significativement plus élevée dans le groupe COVID-19 très sévère que dans le groupe COVID-19 sévère. (1006.16 ng/ml [IQR : 408.265-1988.25] vs 291.13 ng/ml [IQR : 102.1-648.42], respectivement). En accord avec cela, une autre étude a révélé que chez les patients décédés des suites de COVID-19, les niveaux de ferritine étaient élevés lors de l’admission à l’hôpital et tout au long du séjour à l’hôpital. Les valeurs médianes des taux sériques de ferritine après le 16e jour d’hospitalisation dépassaient la limite supérieure de détection chez ces patients, suggérant que les taux de ferritine augmentaient sans arrêt. De plus, Chen et al. ont analysé les caractéristiques cliniques de 99 patients, parmi lesquels 63 d’entre eux avaient une ferritine sérique bien au-dessus de la plage normale 9.Des niveaux élevés de ferritine ont également été trouvés dans les autopsies de 12 patients dont la cause du décès était une infection par le SRAS-CoV-2. Une analyse du sang périphérique de 69 patients atteints de COVID-19 sévère a révélé des niveaux élevés de ferritine par rapport aux patients atteints de maladie non grave. Par conséquent, il a été conclu que les taux de ferritine sérique étaient étroitement liés à la gravité du COVID-19

2 « J'aime »