Petite chronique sociétale , De l’idée de changer le monde? De l’idée d’une révolte salutaire

De l’idée de changer le monde?
De l’idée d’une révolte salutaire.

Un de mes vieux maître me disait « je n’ai jamais nourri l’ambition de changer le monde ou plus exactement, de changer les hommes .
L’acceptation des valeurs républicaines, disait-il encore, est sans doute, la seule acceptation qui vaille, mais c’est aussi la plus lente et elle n’a jamais eu, hélas! une marche régulière et continue; des retours de la sauvagerie, des explosions de barbarie, des époques de nuit et de brouillard viennent entraver périodiquement, ou détruire nos efforts vers plus d’égalité des droits, de liberté, de sûreté, de respect de la propriété! ».
De siècle en siècles, la voix des philosophes et des écrivains renouvelle un message d’espérance qui, s’il ne change pas la nature des hommes, cherche à rendre l’humanité moins mauvaise et la vie en société moins féroce.
Malgré ce message d’espérance, sans cesse rappelé, notre société ne peut éviter ce qui pousse à la dureté, à la haine, à la division, sans tomber dans la niaiserie sentimentale on ne peut que souhaiter de voir évoluer nos compatriotes vers plus de tolérance, et de respect de l’autre.
Qu’on se le dise, c’est le rôle - et le devoir - de ceux qui ont le pouvoir de s’adresser aux autres pour dénoncer et combattre, l’injustice, la privation de liberté, et la sottise.
Mais pour ces détenteurs du pouvoir, il est si facile - et donc si tentant - de pousser les hommes dans le sens de leurs pires instincts. Ces individus, sans vergogne, emploient leur talent à flatter la méchanceté, la bassesse et la bêtise pour faire plonger notre société dans les pires convulsions et turpitudes.
Nombreuses furent ces époques où des individus ne concevaient une société durable, que celle qui devait faire taire, enfermer, éliminer, massacrer l’Autre, objet de toutes leurs détestations.
Ce pass-sanitaire n’est que le début d’un nouveau monde… Celui de la férocité, de l’injustice, de l’arbitraire. Nous, hommes et femmes épris de liberté, de tolérance, de respect de l’autre nous ne pouvons que nous révolter…
Nous nous devons de garder notre capacité de débattre, de critiquer, de remettre en cause pour sauver la dignité de la communauté des hommes et des citoyens libres.

ReinfoCovid contre la bêtise, la bassesse et la haine, pour la tolérance, le respect et la compréhension de l’autre…

6 « J'aime »