Partage d'un point de vue d'un Psychiatre sur la situation

Un texte du Dr Frédéric Badel, médecin psychiatre spécialisé dans le Stress Post-Traumatique à Bordeaux :

"La population est désormais scindée en 2 groupes.

Le premier, hétérogène, est composé des personnes favorables au vaccin. Il réunit celles qui, par conviction ou par lassitude, sont prêtes à s’y soumettre pour sortir de la crise. Il abrite ainsi les personnes qu’il a été possible de sensibiliser, qui croient sans hésitation au message relayé par les ondes.

Celles-là resteront réceptives à tous les messages de danger et agréeront la méthode de sortie de crise, fût-elle assortie de privations pérennes de leurs droits.

On trouve aussi dans ce groupe les personnes qui se sont coupées de toute information depuis longtemps, pour se protéger, et qui sont devenues indifférentes à tout discours. Pour elles, l’essentiel est de ne plus entendre parler du sujet. Elles ont disqualifié tous les avis pour les neutraliser. Ainsi le leurre des tests conduisant à une épidémie de cas, sans morts ni malades, ne parvient plus à leur entendement, comme si leur cerveau avait été débranché. Leur priorité est de mettre un terme à la maltraitance qui leur est infligée en se coupant de toute nuisance.

Le second groupe rassemble les détracteurs du vaccin, ceux qui ont échappé à l’influence du matraquage médiatique, qui ont souvent pris des avis ou cherché des informations hors des sources classiques, tout en restant sensibles à la réalité de leur environnement (services hospitaliers non saturés, nombre de morts comparable aux années précédentes, mesures prises non proportionnées, amenuisement des droits fondamentaux sans justification etc.).

Ces personnes ont également intégré qu’une vaccination n’exempterait pas des mesures de distanciation sociale et, par conséquent, que la convivialité ne serait pas rétablie, que le gouvernement garderait de façon arbitraire le contrôle de la population et de ses activités. Elles observent avant tout l’immixtion toujours croissante de l’État dans leur quotidien et dans leur vie privée.

Ces 2 groupes sont désormais séparés par une ligne qu’il sera difficile de faire bouger. La manipulation a montré des limites qui étaient prévisibles et elle sera sans effets sur ceux qu’elle a tenté, en vain, de convaincre.

Ces groupes se sont figés, leurs effectifs se sont immobilisés, et peu importe les arguments avancés, les scandales établis ou les preuves apportées, ceux-ci se noieront dans un récit national inaliénable impossible à dénoncer sauf à être traité de complotiste.

Les mots se seront substitués à la réalité et, utilisés à contre-emploi, ils auront perdu de leur sens et véhiculeront des idées en rupture avec les faits.

Le pouvoir en place pourra même avouer ses mensonges, le peuple l’acclamera, incapable de le croire mal intentionné et persuadé qu’il est au-dessus des soupçons. Il n’est donc plus temps de publier des résultats d’études prouvant l’efficacité de tel produit, le mensonge sur tel autre, de produire des courbes démontrant le caractère infinitésimal du risque sanitaire et disproportionné des réactions de peur. Surdité et aveuglement règnent en maître chez les personnes qui, conditionnées, sont privées de jugement et incapables d’admettre que des faits objectifs puissent démentir la réalité qu’elles ont construite.

Organiser l’affrontement de ces deux groupes de la population est une possibilité - opportunité ? - désormais envisageable.

Nos dirigeants devraient rapidement s’en saisir pour encourager une organisation sociale qui opposerait bons et mauvais citoyens, gens sains, dociles, responsables et vaccinés et gens toxiques, rebelles, inconséquents et non vaccinés.

Ce système de bons citoyens est présent en Chine. Il repose sur la délation et l’obéissance à la règle.

Le bon usage par le gouvernement de la graduation dans la contrainte et la soumission du peuple conduisent à ce jour à l’acceptation d’une vaccination inutile dont la toxicité n’est pas évaluée et pour laquelle les laboratoires, compte tenu de la rapidité d’élaboration des produits, ont déjà négocié de ne pas être tenus responsables de potentiels effets secondaires, obtenant des États qu’ils répondent de telles conséquences.

Et pourquoi pas en définitive puisque les politiques sont devenus médecins. Nos gouvernants et nos parlementaires, de par leur pouvoir et leur influence, vont inciter toute une population à faire un geste dont l’intérêt n’est pas démontré et dont les conséquences ne sont pas mesurées, et se présenter ainsi en sauveurs.

Cela évoque les techniques sectaires et les suicides collectifs. Pour échapper à la fin du monde ou aux extra-terrestres (ici au virus mortel), le sacrifice est présenté comme salvateur.

La réalité ensevelie sous les messages quotidiens discordants, culpabilisants, a laissé la place au délire dans lequel les liens logiques se dissolvent.

Les sectes se servent de ces moyens : isoler les individus en les coupant de leurs liens sociaux et familiaux, rendre les gens dépendants en les privant de leurs moyens de subsistance, propager un discours univoque martelé dans des grand-messes permanentes, évincer toute pensée divergente, présenter les opposants comme des nuisibles qui ne comprennent ni leur propre intérêt, ni l’intérêt commun supérieur.

« Nous contre les autres » est généralement la doctrine simple compréhensible par chacun car simpliste, et hélas adoptée.

Le cap est franchi.

Maintenant que les lignes de partage qui clivent la population se précisent, ce gouvernement n’a plus la possibilité de revenir à des positions plus raisonnables et proportionnées. Il a fait tout son possible dans le domaine de la manipulation, il a mobilisé toutes les sphères d’influence tout en restant crédible auprès d’une partie importante de la population. Pour ceux qui, rebelles, refusent d’adhérer, d’autres méthodes plus coercitives encore s’imposent.

Les signes de cette dérive totalitaire se trouvent dans les techniques de lavage de cerveau employées, identiques à celles des sectes. Elles étaient là dès le départ, mais comment croire qu’un gouvernement démocratiquement élu puisse se retourner contre son peuple ?

Aujourd’hui, une partie de ce peuple est plongée dans la pauvreté, le désarroi, les « non-essentiels » commencent à se suicider, les troubles psychiatriques se multiplient et… le conseil scientifique continue d’assurer sa grand-messe à une armée de fidèles hallucinés.

Demain, n’importe quel virus, réel ou fictif, pourra de nouveau semer la terreur chez des populations prêtes à se faire vacciner pour conserver un peu de liberté. Elles y sont prêtes.

Et si les tests actuels sont encore utilisés -contre toute logique-, même les populations vaccinées seront positives et resteront contagieuses. Les mesures de distanciation resteront la règle.

Signe supplémentaire de la supercherie, les hommes qui murmurent à l’oreille des virus prédisent déjà les vagues à venir et leurs dates d’apparition.

Toute science a vraiment déserté nos sociétés.

Les réseaux sociaux, « complotistes », ont donné des dates de confinement bien avant leur annonce officielle, montrant ainsi que toute préoccupation sanitaire était absente des décisions officielles. Les conséquences humaines sont terribles.

Tout lieu de convivialité a disparu, les gens sont plus isolés que jamais, ils souffrent de mesures iniques imposées par une poignée de dirigeants, sans aucune concertation, sous couvert d’assurer leur salut.

Ce qui fait l’humain, sa capacité à tisser des liens, son besoin d’entrer en contact avec l’autre, est menacé.

Le tissu social s’est dissout dans les mesures imposées par un régime devenu fou, hors de contrôle, déroulant une feuille de route établie de longue date en dépit de toute considération du réel.

Les mesures prises altèrent la santé de la population et tuent. Elles sont anti-sanitaires.

La dictature est en marche.

Notre mode de vie a effectivement bien changé ; le Covid n’en est que le prétexte, le catalyseur. Cette dégradation de nos conditions d’existence et la disproportion des mesures prises pour lutter contre un virus donne du crédit au discours de ceux qui voient là le moyen d’instaurer un nouvel ordre mondial qui doit annihiler notre vie privée et nos droits individuels.

Les premiers constats montrent les signes de la réalisation de cet ordre nouveau."

Dr Frédéric Badel, médecin-psychiatre, Bordeaux

12 « J'aime »

Merci à ce médecin psychiatre,tout est dit et très bien dit.Le totalitarisme est à nos portes,mais la majorité des populations n’en on pas la conscience.Résistants dans l’âme.

2 « J'aime »

effectivement ça décrit parfaitement bien la situation, merci @Luc_Ma !!

bon par contre, nous somme quand même sur un site classé “complotiste” par nos élites, et j’ai beau venir ici régulièrement je ne vois aucune proposition de solution à l’horizon

juste des constats, des complaintes, des récits, des chiffres, ça reste intéressant, et j’y contribue aussi, mais personnellement j’avais l’âme un peu rebelle et vengeresse, et je crois que jour après jour je penche de plus en plus dans le groupe décrit par ce psychiatre comme ceux qui commencent à se foutre de tout

quand je parles aux hypnotisés de la propagande, ils me prennent limite pour un fou, ou sont condescendants

quand je parle aux éveillés anti propagande, j’ai l’impression d’être dans une boucle infernale

pourtant depuis plus d’un an que je fais mes recherches, j’en ai des tonnes et des tonnes d’infos, tout comme la plupart des “complotistes”, mais au final ça sert à quoi ? à éviter le poison, et se préparer à un futur assez horrible, apprendre plein de choses, oui et c’est déjà très bien, mais c’est comme si il n’existait aucune solution pour avoir un futur plus radieux, ça commence à devenir vraiment déprimant et effrayant

2 « J'aime »

je vous lis, et je perçois un écho de ce que je ressent.
qu’écrire de plus.

2 « J'aime »

bon aller, quand même une petite touche d’optimisme : autours de moi, absolument tout le monde était injecté, minimum 2 doses, même certains qui étaient presque aussi réticent que moi et qui ont finalement cédé au chantage, mais depuis quelques mois aucun d’entre eux (sauf un couple très âgé) ne veut continuer à se faire injecter, peut être est-ce un signe avant coureur que les choses sont ENFIN en train de changer dans le bon sens…

j’ai demandé par curiosité à 2 ou 3 personnes, à quel % je les ai influencé dans leur choix, la réponse est dans les 10 à 20 %, je dois dire que c’est assez vexant, mais bon, faut vraiment avoir la foi pour essayer de sauver les gens qui n’en sont à peine reconnaissant, enfin faut dire aussi que les morts autours d’eux, et les effets secondaires absolument HA-LLU-CI-NANTS leur a fait un choc tellement énorme que je comprend que c’est surtout ça qui leur a ouvert les yeux, ça et le côté complément ILLOGIQUE des décisions politico sanitaires à rendre fou même la personne la plus zen du monde

sinon la solution pacifiste :

  • 1/ s’informer, mais pas médias de masse et personnes corrompues
  • 2/ partager la vérité, je crois que c’est là que ça coince le plus
  • 3/ se réunir pour agir, c’est mon ultime espoir, des fois dans élan d’optimisme exacerbé je me dis même que peut être toute cette pLandémie a été créé pour ce but final là, la cohésion entre les peuples, mais pour être franc quand je vois que même dans nos familles on est en désaccord j’ai du mal à imaginer les peuples du monde main dans la main agir ensemble d’une seule voix contre nos tortionnaires…

solution plus radicale : LEGITIME DEFENSE

  • peine de mort pour le haut de la pyramide qui nous oblige à s’injecter leur thérapie génique expérimentale
  • prison à vie pour absolument tout ceux qui ont participé de manière absolument consciente à ce génocide planétaire
  • lynchage médiatique à vie pour tout ceux qui nous insultent à tout va depuis le début nous les gardiens de l’humanité !
2 « J'aime »

votre solution pacifiste me fait penser a cette phrase de l’Abbé Pierre.
C’est ce que je cite au personnes qui sont réticentes a aller chercher de l’info
La responsabilité de chacun comporte deux actes
vouloir savoir
oser dire
l’abbé Pierre

l’armée de média est puissante, je crois que c’est une de clés du réveil…

2 « J'aime »

Puis-je utiliser ce témoignage sur un autre réseau ? - sans oublier de pointer vers Reinfovid.

@recoudre Je pense que oui sans aucun soucis !

J’ai vu un de mes textes d’ici directement copié collé sur d’autres sites sans en avoir été avertie.

Je ne sais pas pour les admins de Reinfocovid, mais personnellement moi je trouve même ça bien que la vérité soit de plus en plus partagée.

1 « J'aime »

Merci !

Bonjour à tous,
Bonjour Docteur,

Votre analyse rejoint celle du dernier point du - Comité Scientifique Indépendant (CSI) sur le thème - Faire face à la dérive totalitaire - animé dans ce MasterClass par Jean-Dominique Michel, en collaboration avec :

  • Ariane Bilheran, psychologue clinicienne et psychopathologiste
  • Mattias Desmet, prof. en psychologie clinique, Université de Genth
  • Marie-Estelle Dupont, psychologue clinicienne
  • Vincent Pavan, Mathématicien - Chercheur
  • Slobodan Despot, écrivain et éditorialiste suisse
  • Michel Rosenzweig, psychanalyste & Philosophe

Cette Masterclass de 1h30 diffusée le 24 juin 2022, effectue le déroulé des principales définitions du totalitarisme à l’analyse des données, des faits et des événements, jusqu’aux conséquences sur la santé mentale de nos populations enfermées dans les “délires psychotiques” en contrôle.

Avec le recul et le discernement, il ne restera donc plus aucun doute sur les intentions, les mécanismes et les objectifs qui vont demander aux populations de redevenir souveraines pour avancer et retrouver une sérénité en cette période tumul(tueuse).

Bon visionnage.

Cordialement,

David,

SOURCE VIDEO / MASTERCLASS, ICI : https://odysee.com/@JeanDominiqueMichel:e/Master-Class---Module-5:2

RECAPITULATIF DES SYMPTOMES & EFFETS dans les DERIVES TOTALITAIRES

1 « J'aime »

merci @InnSaei !!

je connaissais déjà sa chaîne youtube Jean-Dominique Michel - YouTube

j’étais d’ailleurs étonné d’y trouver si peu de vidéos

grâce à vous je viens de découvrir sa chaîne odysée :slight_smile: (5) Jean-Dominique Michel (odysee.com)

si vous aimez bien ses analyses moi je trouve son speech ici très clair (de 1h08 à 1h42, normalement le timing est déjà dans le lien de la vidéo) : La Conférence "interdite" à Genève du 24 février à voir absolument avec Pr Peronne, Dr Stuckelberger, Dr Henrion-Caude, Dr Buono et JD Michel

1 « J'aime »