Le problème ce n'est plus le virus Covid-19!

C’est la liberté qui agonise ! Requiem.

Lisons ou relisons Victor Hugo…plus qu’au Panthéon (oubliez le V. Hugo des manuels scolaires !), il reste vivant dans nos combats …aujourd’hui encore…lisez et voyez ! …l’analogie est saisissante.

" Il est temps que la conscience humaine se réveille".

(…)

"un guet-apens réussi, un crime odieux, repoussant, infâme, inouï, si l’on songe au siècle où il a été commis, triomphe et domine, s’érige en théorie, s’épanouit à la face du soleil, fait des lois, rend des décrets, prend la société, la religion et la famille sous sa protection (…) Ce crime, personne ne le conteste, pas même ceux qui en profitent et qui en vivent ; ils disent seulement qu’il a été « nécessaire » ; pas même celui qui l’a commis, il dit seulement que, lui criminel, il a été «absous». Ce crime contient tous les crimes, la trahison dans la conception, le parjure dans l’exécution, le meurtre et l’assassinat dans la lutte, la spoliation, l’escroquerie et le vol dans le triomphe; ce crime traîne après lui, comme parties intégrantes de lui-même, la suppression des lois, la violation des inviolabilités constitutionnelles, la séquestration arbitraire(…) Ces choses sont patentes. Eh bien! Ceci est poignant à dire, le silence se fait sur ce crime; il est là, on le touche, on le voit, on passe outre et l’on va à ses affaires ; la boutique ouvre, la Bourse agiote, le commerce, assis sur son ballot, se frotte les mains, et nous touchons presque au moment où l’on va trouver cela tout simple. Celui qui aune de l’étoffe n’entend pas que le mètre qu’il a dans la main lui parle et lui dit : « C’est une fausse mesure qui gouverne. » Celui qui pèse une denrée n’entend pas que sa balance élève la voix et lui dit : « C’est un faux poids qui règne. » Ordre étrange que celui-là, ayant pour base le désordre suprême, la négation de tout droit ! L’équilibre fondé sur l’iniquité !
Ajoutons, ce qui, du reste, va de soi, que l’auteur de ce crime est un malfaiteur de la plus cynique et de la plus basse espèce.
A l’heure qu’il est, que tous ceux qui portent une robe, une écharpe ou un uniforme, que tous ceux qui servent cet homme le sachent, s’ils se croient les agents d’un pouvoir, qu’ils se détrompent, ils sont les camarades d’un pirate. Depuis le 2 décembre, il n’y a plus en France de fonctionnaires, il n’y a que des complices. Le moment est venu que chacun se rende bien compte de ce qu’il a fait et de ce qu’il continue de faire." *

*Victor Hugo évoquant le coup d’état du 2 décembre 1851 … “le président de la IIe République, démocratiquement élu en décembre 1848, s’empare du pouvoir par un coup d’État. Le neveu de Napoléon Ier, Louis Napoléon Bonaparte, se proclame empereur des Français et prend le nom de Napoléon III.”

4 « J'aime »

Comment ne pas être touchée par ce texte qui nous rappelle que tout peut arriver le bien comme le mal et combien sont fragiles nos démocraties
Chaque citoyen doit en prendre pleinement conscience et c est urgent.
A défaut le scénario qui se profile est l.horreur absolue

2 « J'aime »

D’où l’exil… Personnellement, je n’ose l’envisager encore. Lorsqu’on repense à l’occupation allemande, l’on peut, au fond, avoir autant d’admiration pour les gens intelligents qui ont su partir assez tôt que pour ceux qui sont restés et ont pris les armes.
Mais, cette fois, partir où? C’est pire aux USA ou au Canada! Peut-être la Russie!?..
Et prendre les armes… Avec l’espionnage de masse? Lorsque l’on vous suit partout dans les transports, vous écoute au téléphone, vous repère du haut d’un avion de chasse?
Rien n’est facile dans cette histoire.

1 « J'aime »