Le piège fonctionne, vive le chaos!

Le progressisme et l’internationalisme mènent le pays au chaos. Les ravages socio-économiques et culturels sont la conséquence du chemin que veut nous faire emprunter la lâcheté des biens pensants. Cette lâcheté s’abreuve,

  1. à La fascination, que le progressisme et l’internationalisme a sur un pourcentage étendu d’intellectuels, elle explique les innombrables déviances de l’intellectualisme français et de sa propension à l’extrémisme. L’intellectualisme français prétend incarner une moralité absolue. Il a le sentiment que son analyse est la seule juste. Sa parole est alors radicale et conflictuelle, elle désigne les ennemis, elle sait où est le Bien et où est le Mal. Elle n’a ni le sens des positions inter­médiaires ni celui des équilibres nuancés.
    Le langage de l’intellectuel est complexe et il multiplie les tournures rhétoriques de haute voltige, alors, la pensée décolle de la réalité et s’incarne dans des constructions théoriques qui n’ont plus rien à voir avec la réalité des valeurs républicaines.
    Cette pensée que plus rien ne retient génère les déformations et les falsifications intellectuelles les plus grossières jusqu’aux position politiques les plus affligeantes.

  2. à la séduction du progressisme et de l’internationalisme
    On constate depuis des décennies le progrès de ces idéologies dans les esprits des bobos friqués, et dans ceux des cadres et enseignants, et autres artistes écrivains et journalistes qui seraient les seuls intellectuels capables d’embrasser d’un seul coup la complexité du monde.
    Ces idéologies essentiellement mortifères envahissent l’esprit de tous ces gens, ils se prennent, alors, pour les seules " belles" intelligences éclairées!!!???
    Les motifs de cette séduction (et de l’aveuglement consécutif) sont de plusieurs ordres:
    La contagion des croyances à la mode, la peur, l’indifférence

  3. La mode
    Les esprits bobos et leurs alter ego sont d’une candeur étonnante, ingénument séduits par les idéaux progressistes et internationalistes. Ils voient dans ces idéologies l’aspiration au règne de leur petite « justice » de classe, et de la félicité universelle.
    Ce comportement est guidé par une sentimentalité non raisonnée, il est accepté par contagion.
    Ils sont incapables d’adopter un projet politique ou social, après mûre réflexion, sur la base d’informations exhaustives dont celles qui contrarient leurs pensées. Cette réflexion qui permet de conclure que le projet correspond à la réalité de la vie et des choses ou non, leur devient inaccessible. Cela paraît au-dessus du processus mental de la majorité des bobos. On s’interdit face à de tels projets d’adopter même la faible part de lucidité qu’un épicier emploie pour traiter ses affaires. On ne sait que réagir émotionnellement.
    Ces esprits sont à la merci de la mode, du milieu, des sentiments, ils flottent au gré des événements, de l’opinion du moment et de la désinformation des médias.
    Ces idéologies mortifères sont plus répandues chez les bobos qu’auprès des ouvriers, paysans, et artisans, bref « des mains qui se salissent », les bobos ont tellement de mépris pour ces gens là. Qu’on se le dise: « La main à charrue vaut la main à plume ».
    Ces idéologies mortifères ont su imprégner les esprits bobos d’un sentimentalisme larmoyant et vague.
    La vie nous apprend qu’on ne peut renoncer à se défendre sans renoncer du même coup à vivre.
    Le constat est pitoyable, les bobos sont imprégnés d’un humanitarisme mal pensé, ils se laissent progressivement désarmer, on ne peut avoir que mépris pour le triste sort que l’avenir leur réservera dû fait de leur imprévoyance. Le jour venu, on ne plaindra pas leur sort.

La peur,
Ces bobos ne sont plus sûre de leurs droits. Ils ne sont d’ailleurs sûre de rien et de ce fait ne savent plus se défendre. Ils se laissent diriger par tout ce qui se dit et tremblent devant les plus pitoyables rhéteurs.
Depuis des décennies émergent des bobos de plus en plus lâches, imprudents à force de timidité extravagante, de cautèle et de défiance face a l’autre.
Bobos qui laissent tout saccager, classe impolitique, incivique?, et qui semble parfois étrangère à la cité.
Bobos qui laissent la patrie succomber, par égoïsme veule et qui périront avec elle plutôt que de souffrir aujourd’hui quelque gêne et quelque sacrifice.
Bobos qui seront victimes de leur lâcheté comme la noblesse à la fin de la royauté qui ne méritait plus ses privilèges.
Bobos incapables de cette volonté forte, de résistance à l’agression, de cette discipline, de cette communauté de sentiments qui sont le ciment d’une vraie société républicaine et sans lesquelles
aucune association humaine ne peut se rassembler.
Ces gens là n’ont plus foi en eux et sont devenus les ennemis de leur propre présent et surtout de leur avenir.
Ces bobos ont peur. Ils tâtonnent irrésolues et espèrent se sauver par des concessions, oubliant que c’est là la plus insensée des politiques. Les indécisions, les transactions, le désir de contenter tout le monde sont des défauts de caractère que, par une éternelle injustice, le monde a toujours puni cruellement, pire que si c’était des crimes.

L’indifférence,
Le dernier des sentiments, l’indifférence, elle facilite la propagation du progressisme et de l’internationalisme en empêchant de les combattre. L’indifférence sceptique, le “je m’enfichisme”, est la grande maladie de la “démocratie” moderne. Opposer l’indifférence aux déclamations, et aux attaques d’une minorité agissante, qui poursuit avec ardeur la réalisation d’un idéal mortifère, c’est se condamner à subir le joug de cette minorité.

Les théories, les discours accumulés, serinés, depuis des décennies ont amolli les esprits républicains et sidérées les bien pensants.
C’est sous la dissociante et inconsciente influence de ces théories et de leurs meneurs que les citoyens ont perdu toute confiance dans la justice de la cause républicaine. Ils se fient de plus en plus à ces meneurs qui leur demandent davantage à mesure que les concessions s’étendent.
Ces meneurs ne seront satisfaits que lorsqu’ils auront tout pris à leur adversaires, la fortune et la vie.
Notre Etat de Droit, républicain, réclamera légitimement justice s’ils s’avèrent qu’ils se sont lamentablement fourvoyés. Le sénat républicain romain disait, lors de circonstances particulières:
Cavaient consultes! Ne quid detrimenti respublica capiat !
Que les consuls prennent garde! Afin que la république n’éprouve aucun dommage.

2 « J'aime »

Je comprends votre point de vue, il y a beaucoup de vrai dans ce que vous dites.

Mais je pense que le vrai ennemi du bien qui sévit depuis des années, ce sont ceux qui se réunissent à Davos tous les ans depuis 1971.

Nous, les peuples du monde, les 99% d’humains qui se partageons 1% de l’argent mondial, devrions plutôt nous unir, et trouver une solution tous ensemble contre ces tarés du world economic forum.

Enfin d’habitude ils sont dans les 3000 à leur réunion de psychopathes, je crois que cette année ils étaient plutôt entre 2000 et 2500, espérons qu’une partie d’entre eux a enfin réalisé qu’ils œuvraient pour le démon, et commencent enfin à se repentir. Enfin c’est peut être juste parce que cette année il n’y avait pas ni la Russie ni la Chine dans leurs invités, je ne sais pas.

1 « J'aime »

Hélas oui, nous les peuples du monde, ne sont que les cobayes pour les expériences scientifiques détournées et imposées par les khazars à l’origine de Davos et même bien avant d’autres sommets à leurs sauces. Le journaliste-auteur G.Bouliane, donne des informations très intéressantes, traduites en français, pour ceux qui ne maîtrisent pas l’anglais. Peut-on rêver que certains, ayant zappé la réunion 2022, se sont vraiment repentis? Partageons le maximum d’informations pour éveiller plus de personnes dans le monde et constituer petit à petit une résistance, tel " the great resist", idée venant d’Italie.

2 « J'aime »