Le nouveau monde commence a la rentrée

Bonjour, je lance ce sujet afin de nous préparer au mieux des la rentrée scolaire de septembre. Dans le doute de l’obligation vaccinale pour la rentrée et pour ouvrir un horizon aux parents, enseignants, personnels de santé, etc… qui ne veulent pas de cette thérapie génique ni pour eux ni pour leurs enfants ,l’idée est la suivante.IL s’agit de créer des collectifs dans chaque ville pour recevoir les enfants non vaccinés. les enseignements seraient dispensés par les profs et instituteurs qui auront eu la force de démissionner .L’idée est aussi de donner une perspective rémunérée qui peut les aider à démissionner. Ceci reste valable pour de nombreux autres corps de metier et ainsi mettre en place petit a petit un système parallèle ou tout sera de meilleur qualité avec un vrai retour a l’humain. Je pourrais m’étaler d’avantage mais j’attends d’abord vos impressions. Merci

17 « J'aime »

Très bonne idée que ce post ! Je partage toutes ces inquiétudes.
Juste un bémol : faut pas leur faire le plaisir de démissionner ! Mais résister bien sûr et refuser ce vaccin, se battre avec tous les recours légaux possibles : surement des recours collectifs seront proposés par des avocats de diverses associations. En Israël, les soignants et profs qui ont refusé le vaccin ont été mis en congés sans solde. Je ne sais pas ce qu’il en est aujourd’hui pour eux. https://www.franceinter.fr/monde/en-israel-la-situation-se-tend-pour-les-soignants-qui-refusent-la-vaccination https://www.ynetnews.com/article/rJYA7mU7u

L’idée du système parallèle, pourquoi pas mais ça me parait très compliqué. :thinking:
En un premier temps en tout cas, je pense que la résistance passera par refuser net ce vaccin mais ne surtout pas démissionner : ils seront bien obligés de proposer quelque chose aux soignants, profs, enfants/parents qui auront refusé le vaccin, parce qu’il y en aura ! Et au plus il y en aura, au plus cela aura du poids. Et en parallèle, mener des actions juridiques ! Il y a de quoi se battre, le vaccin est encore expérimental.
Les résistants qui se regroupent dans un système parallèle comme dans les dystopies :grin:, ça viendra peut être malheureusement, mais en un second temps à mon avis.

7 « J'aime »

Effectivement je pense qu’il ne faut pas s’endormir cet été .le “vaccin” est actuellement expérimental mais je ne vois pas ce qui pourrait empêcher une AMM définitive à l’issue de cette période. On voit bien qu’il ne répond à aucune logique médicale .
Pour ce reste je partage l’avis de mirabilis, il faut dire NON. Mais Il est certain que ce n’est pas facile, c’est pourquoi il ne faut surtout pas rester isolés.
Un lieu d’accueil pour les non vaccinés me semble bien difficile à mettre en place car cela signifierait être en totale illégalité, avec tout ce que cela implique de risque. Nous serions dans un scénario bien sombre…
Actuellement je pense qu’il est indispensable de continuer à informer autour de nous, essayer d’ouvrir les yeux à nos voisins, amis, collègues pour au moins les amener à douter

6 « J'aime »

Bonsoir, oui en effet, proposition qui part d’une réflexion tout à fait légitime, et compréhensible. Cependant je ne pense pas non plus que de créer là tout de suite, car ce serait trop tôt, un système parallèle, dans le système actuel. De plus, il me semble qu’aujourd’hui le Sénat des États-Unis a déclaré : « le Corona est un mensonge » ! Les médias dissimulent la vérité : l’OMS, Big Pharma, Big Tech, et d’autres encore seront pour responsables.
Un procès contre le passé sanitaire en France est en cours de lancement… Continuons, continuons… :wink:

6 « J'aime »

Tout à fait !
Mais c’est sur qu’il faut utiliser ce temps estival pour se préparer, à différents niveaux. Quelques pistes, n’hésitez pas à partager vos idées :

  • se préparer moralement : sans angoisser à l’avance (pas facile), se préparer mentalement au combat. En se basant sur ce qui se passe ailleurs dans le monde (ou s’est passé pour les tests dans les écoles par exemple), se fixer ses propres limites : jusqu’où j’accepte de me soumettre ? A quel moment je dis stop, quel qu’en soit le coût ? La réponse à ces questions est évidemment très personnelle.
  • se préparer financièrement : peut être voir comment gérer plusieurs mois sans salaire, réfléchir à d’autres petites sources de revenus ? J’ai bien conscience que c’est LE point épineux.
  • se préparer humainement : ça a déjà été dit, mais ne pas rester seul. On est NOMBREUX, très nombreux, à ne pas vouloir ce vaccin. Se renseigner sur les différents collectifs existants : (Réinfo Covid https://reinfocovid.fr/, Bon Sens https://bonsens.info/, Réaction 19 https://reaction19.fr/, L’association des victimes du Covid https://association-victimes-coronavirus-france.org/, le collectif Laissons les médecins prescrire https://manifestes-libertes.org/, la Ligue Nationale Pour la Liberté des Vaccinations https://www.infovaccin.fr/, le collectif des professionnels de l’éducation https://www.educationpourlebiendesenfants.fr/ (N’hésitez pas à compléter la liste). Toutes ces associations travaillent avec des avocats et proposent des recours juridiques, ne pas hésiter à s’y associer. Dans nos quartiers ou nos villages aussi, parler, informer et se regrouper avec des personnes qui ont le même point de vue que nous. On est plus nombreux que ce que la télé veut nous faire croire !
  • se préparer juridiquement : se renseigner auprès des avocats des diverses associations citées plus haut sur comment agir en cas d’obligation.
  • et enfin, je pense aussi se préparer spirituellement. Je l’ai déjà dit, je suis convaincue que cette crise a une dimension spirituelle. Pour ceux qui sont croyants (et c’est pas interdit aux autres :grin:), prier, prier, prier :pray: :pray: :pray:. “Demandez et vous recevrezMt 7:7.
15 « J'aime »

Une école doit être déclarée.

Un rassemblement en vue d’instruction c’est une école de fait. (dès qu’il y a au moins deux foyers).

Pour déclarer l’école il faut s’y prendre au moins trois mois à l’avance.

Le préfet peut faire fermer l’établissement si on juge qu’il met en danger la sécurité des usagers…

La piste la plus évidente c’est l’instruction en famille et pourquoi pas s’appuyer sur les professeurs résistant pour proposer du contenu pédagogique par contre !

8 « J'aime »

merci pour ce message !!!
belle journée

2 « J'aime »

Bonjour, tu as bien résumé ! :grinning:

1 « J'aime »

@tou-te-s,
J’aimerais réagir sur deux points.

  1. “se préparer humainement” - Certes, nous sommes nombreux. Mais, je suis depuis peu dans le 44 (banlieue sud de Nantes), et recherche un médecin traitant qui traite…c’est la galère. J’ai essayer d’exploiter la liste de “Laissons les médecins prescrire”…rien. Si j’ai bien compris, l’établissement d’une liste de médecins adhérents à reinfocovid serait en projet ? Si oui, ça serait un super outil pour préparer la rentrée sereinement.
  2. “se préparer financièrement” - le premier poste du budget, le plus indispensable, est bien celui de la nourriture. L’idée serait de rechercher des terrains non utilisés, auprès de particuliers, d’agriculteurs, de mairies (les Maires ont la possibilité de réquisitionner des surfaces non utilisées - (cf l’asso “SOS Maires”), avec comme vocation d’organiser la culture de ces parcelles par des personnes en précarité (chômeurs, titulaires du RSA…) ou non, sous forme de collectif utilisant le partage temps/argent (ex je participe au travail 3 1/2 journées par semaine sans apport financier, ou je participe 1 1/2 journée en travail plus
    x €;;;etc avec toutes les combinaisons possibles suivant les possibilités et/ou les aspirations). Ceci permet à celles et ceux qui en ont besoin, de se nourrir à bas frais, et, très important, de ne pas être exclus de la société, mais de participer à la collectivité de manière concrète.
    Tout ça, bien évidemment à approfondir.
    bien cordialement,
    Daniel
5 « J'aime »

Il faut effectivement se préparer pour la rentrée de nos enfants suite aux déclarations du ministre de l’EN. Il faut tenter de se regrouper, surtout pour les parents de collégiens et lycéens.
Ceux ci vont subir une vraie ségrégation (pas de sortie, pas de piscine… évincés de l’école dès le premier cas de COVID…). Des groupes de paroles sur l’hésitation). Ils risquent d’ avoir des pressions de la part du corps enseignant, des camarades vaccinés (des groupes de paroles sur l’hésitation sont prévus).Des vaccinodromes près ou dans les établissements sont prévus Nos enfants n’ont pas à subir cette pression psychologique… Il est de notre devoir de les protéger.
A mon niveau, je commence à réunir quelques parents qui ne veulent pas de cette vaccination pour leurs enfants. Nous avons l’intention de nous retrouver à la rentrée devant le collège avec des pancartes et des flyers pour faire prendre conscience de la dangerosité de ce vaccin pour nos enfants et rappeler que les parents et enseignants ont un rôle de protection. J’invite également les parents à joindre une fiche annexe à la fiche infirmerie refusant tests et vaccins sur notre enfant. Bon courage à tous les parents responsables et soucieux du bien être de leurs enfants.

3 « J'aime »

Bjr, mes réflexions vont aussi ds ce sens là, moi qui exerce en libéral ( infirmière ) … je me pose la question du comment trouver ma place ds cette nouvelle société du NOUS​:hugs::sparkling_heart::sparkles:

2 « J'aime »

affiche-droit-de-CHOISIR.pdf (174,6 Ko)

3 « J'aime »

Bonjour à vous, je vous suis depuis un certain temps, j’ai même envoyé à reinfo il y a de cela quelque temps, plusieurs textes qui ont paru dans la rubrique témoignages … Je suis retraité j’ai su jusque là me preserver au plan psychique et rester fort… La prochaine rentrée scolaire en classe de terminale de ma fille qui a dix sept ans me cause à présent de l’anxiété voire de l’angoisse. Malgré le fait que sa mère dont je vis séparé a visiblement des effets secondaires suite à deux injections de cette saloperie ma fille pour faire comme ses copines risque de ceder à la tentation. Je ne sais plus que faire je lui ai déjà annoncé que si des suites nefastes se manifestaient chez elle je ne pourrais pas le supporter… Elle a reçu le message mais je crains autant l’effet "copines " que le chantage qui lui sera fait au lycée… Que faire? avez-vous des pistes de sortie pour ce cauchemar?

2 « J'aime »

Merci à vous Isa4 pour cette idée de rassemblement pour une mise en garde devant les lycées Je vais dés à présent rechercher une association de parents décidés à lutter. Ma fille rentre en terminale au lycée Chopin de Nancy. Face à cette horreur qu’on veut faire subir à des enfants, je ne peux pas rester sans protester. C’est vital.;;

3 « J'aime »

Bonjour,
j’habite à Marseille et je suis maman d’un ado de 13 ans qui va donc entrer en 4ème cette année.
Tout comme vous je protègerai mon fils de cette horreur, quitte à le déscolariser.
Je viens de m’inscrire sur le forum et lire tous ces posts me fait du bien, se rassembler et échanger est indispensable aujourd’hui.
Je me renseigne du mieux que je peux, je fais des recherches, et outre échanger via ce forum, j’aimerais pouvoir rencontrer des parents du 13 dans le même cas que moi.
Poursuivons nos projets, c’est une vraie opportunité de manifester un monde meilleur.
Et, parents du 13, d’avance merci pour vos retours :slight_smile:
A bientôt

5 « J'aime »

Bonsoir
Mes appréhensions pour la rentrée scolaire de mon fils sont les mêmes que vous. Ces amis sont déjà vaccinés pour la plupart. Je cherche un collectif proche de notre domicile. Nous vivons entre Nantes et Rennes dans un petit village. Pouvez vous me conseiller s’il vous plaît ?

3 « J'aime »

Bonjour à tous,
Des kits sont prêts pour les enseignants qui veulent manipuler nos enfants et les convaincre que nous avons torts de ne pas vouloir les faire vacciner… : Sensibiliser les jeunes de 12 à 18 ans à la vaccination | éduscol | Ministère de l'Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports - Direction générale de l'enseignement scolaire
Que pouvons nous faire ?? Je me suis retrouvé hier face au raisonnement imparable de ceux qui se sont fait vacciner et qui défendent le pass: incapable de croire que le gouvernement nous ment et donc: on n’a pas le choix, il faut éviter la 4ème vague. Ils en viennent à vacciner les enfants parce qu’il y a des adultes qui refusent le vaccin. Tout est justifé pour éviter la 4ème vague, y compris le pass. Si il y avait des traitements, ça se saurait. On a maintenant du recul sur les effets indésirables. Si il y avait des risques, ça se saurait. Tu tiens un discours complotiste. Moi je fais confiance. Et plus ils seront controlés et devront faire des rappels, ça sera de notre faute parce que nous empêchons par notre égoïsme et notre paranoia l’immunité collective…

2 « J'aime »

Bonjour,
Alfonsine j’espère que vous trouverez un collectif près de chez vous. En attendant pensez bien que vous êtes dans le juste et que vous avez le « pouvoir » de dire non, même seule, et de faire des choix éclairés pour vous et vos enfants. C’est ce que je me dis, en attendant de pouvoir rencontrer des parents à proximité de chez moi.
AurélieM: ne pas se laisser aller à la peur, qui empêche de raisonner. Se recentrer sur le bien de ses enfants. Et anticiper. Je crois que désormais il est vain d’argumenter: la majorité de la population est hypnotisée par ce narratif de terreur et de pseudo solidarité et ne feront pas machine arrière. Il y a comme un déni de la réalité, qui est trop dure à encaisser… perso je me dis sincèrement que c’est une opportunité: plus de collège pour mon fils non vacciné? Ok, faisons l’école à la maison. C’est difficile car je bosse à 100% ? Ok je me mets a temps partiel. J’ai peur des difficultés financières qui pourraient survenir: oui c’est vrai je suis maman divorcée et un seul salaire rentre à la maison: le miens. Pourtant mon cœur et mon âme me disent de ne surtout pas céder.
Ce sont ceux qui dénoncent les fous qui sont traités de fous, l’être humain est ainsi fait, il faut l’accepter et naviguer parmi eux. Donc: les idées claires et se rappeler que nous sommes souverains.

6 « J'aime »

C’est effectivement ce que j’avais annoncé : des groupes de paroles sur l’hésitation pour faire du chantage et une pression sur nos enfants. Il faut réagir, se regrouper entre parents (voir les collectifs existants) :

Courrier au directeur, principal ou proviseur de l’établissement afin de le mettre devant ses responsabilité en cas de harcélement, chantage, discrimination de nos enfants.
Remettre à votre enfant l’avenant dérogatoire à la fiche infirmerie sous enveloppe à l’intention de l’infirmière scolaire avec la mention “confidentiel - médical”
Retirer l’enfant au moindre problème.
Faire connaitre notre mécontentement par une manifestation devant l’établissement scolaire afin de rallier un maximum de parents à notre cause.

2 « J'aime »

je vous ai envoyé une réponse. L’avez vous bien reçue.