La manipulation des masses

Je partage ici une vidéo d’Ema Krusi sur l’ingénierie sociale et la fabrique du consentement :

L’ingénierie sociale et la fabrique du consentement :
Vous vous demandez sûrement comment ça se fait que ceux qui étaient vos amis il y a peu, ces personnes avec qui vous partagiez les mêmes valeurs… puissent maintenant avoir perdu tout contrôle de leur raison… vous leur expliquez les chiffres, leur apportez des études, des faits. Mais les yeux restent vides, rien ne se passe. Et vous vous dites: c’est pas possible ! Ils dorment ! En réalité, vous n’avez pas si tort que ça. En réalité, le monde est sous hypnose…
Avez-vous déjà entendu parler de l’ingénierie sociale ? De la fabrique du consentement ? Je vais aller droit au but aujourd’hui. J’ai une question pour vous: pensez-vous que ceux qui vous dirigent souhaitent votre bien ? Pensez-vous qu’il serait possible qu’ils vous connaissent mieux que vous ?
Sur Odyssée (18 min) : https://odysee.com/@emakrusi:5/L’inge%CC%81nierie-sociale:e

Et sur ce même thème de la manipulation des masses, je vous partage aussi deux autres articles qui aident à comprendre ce que l’on vit depuis un peu plus d’un an :

Macron utilise l’expérience de Asch pour maintenir les français dans la peur du Covid

et La ruée vers les vaccins, immense manipulation organisée ?

3 J'aime

Sur ce thème de la manipulation psychologique et des conséquences sur la population, je vous partage un extrait d’un texte écrit par un psychiatre, le Dr Frédéric Badel :

Dr Badel, le 19 avril 2021 : La population est désormais scindée en deux groupes. Le premier, hétérogène, est composé des personnes favorables au vaccin . Il réunit celles qui, par conviction ou par lassitude, sont prêtes à s’y soumettre pour sortir de la crise. Il abrite ainsi les personnes qu’il a été possible de sensibiliser, qui croient sans hésitation au message relayé par les ondes. Celles-là resteront réceptives à tous les messages de danger et agréeront la méthode de sortie de crise, fût-elle assortie de privations pérennes de leurs droits. On trouve aussi dans ce groupe les personnes qui se sont coupées de toute information depuis longtemps, pour se protéger, et qui sont devenues indifférentes à tout discours. Pour elles, l’essentiel est de ne plus entendre parler du sujet. Elles ont disqualifié tous les avis pour les neutraliser. Ainsi le leurre des tests conduisant à une épidémie de cas, sans morts ni malades, ne parvient plus à leur entendement, comme si leur cerveau avait été débranché. Leur priorité est de mettre un terme à la maltraitance qui leur est infligée en se coupant de toute nuisance.
Le second groupe rassemble les détracteurs du vaccin , ceux qui ont échappé à l’influence du matraquage médiatique, qui ont souvent pris des avis ou cherché des informations hors des sources classiques, tout en restant sensibles à la réalité de leur environnement (services hospitaliers non saturés, nombre de morts comparable aux années précédentes, mesures prises non proportionnées, amenuisement des droits fondamentaux sans justification etc.). Ces personnes ont également intégré qu’une vaccination n’exempterait pas des mesures de distanciation sociale et, par conséquent, que la convivialité ne serait pas rétablie, que le gouvernement garderait de façon arbitraire le contrôle de la population et de ses activités. Elles observent avant tout l’immixtion toujours croissante de l’État dans leur quotidien et dans leur vie privée.
Ces deux groupes sont désormais séparés par une ligne qu’il sera difficile de faire bouger . La manipulation a montré des limites qui étaient prévisibles et elle sera sans effet sur ceux qu’elle a tenté, en vain, de convaincre.
Source et suite de l’article : https://www.francesoir.fr/opinions-tribunes/comment-la-dictature-simmisce-entre-les-clivages

Et un autre texte, dans lequel certains se retrouveront peut-être en partie :worried:
J’ai perdu un ami qui m’a été « volé » par le Covid…