Faciliter le dialogue

Je viens d’écrire un petit texte pour partager ma perception de ce qui peut faciliter le dialogue dans le contexte actuel :

Extrait :

Une compréhension partagée

Dans un avion, le premier objectif de l’équipage, c’est de faire en sorte que tous les sièges arrivent en même temps à destination.

Et pour cela, comme dans un Cercle Restauratif, d’arriver à faciliter le dialogue au sein de l’équipage est central.

Depuis deux ans, je fais comme tout le monde : j’essaye de faire face avec le moyens du bord, et donc en particulier, une trentaine d’années d’expérience de travail en équipage. Et là, il y a beaucoup de voyants qui se sont allumés sur nos tableaux de bord : des oranges, des rouges… et même quelques verts.

Alors, voilà, en faisant le parallèle avec ce qui marche dans un avion quand on se retrouve face à un évènement qui sort de l’ordinaire, une panne ou autre, le premier point (le F du FORDEC pour les connaisseurs), c’est d’arriver à se mettre d’accord sur le diagnostic.

Dans le cas d’une panne, on sait que l’étape du diagnostic, si elle est mal réalisée, peut conduire à choisir des réponses complètement inadaptées, voir même à aggraver la situation…

Deux pistes, fin mai 2022

Donc, dans l’optique de mettre à jour un diagnostic de la situation qui puisse être largement partagé et ainsi favoriser notre intelligence collective, je cherche des pistes. Dernièrement (mai 2022), je suis tombé sur deux d’entre elles, que je trouve très prometteuses :grinning_face_with_smiling_eyes: :

[…]

Deux autres pistes, début juin 2022

[…]

Vos retours sont les bienvenus :slight_smile:

PS : l’image ci-dessous est là, à la fois pour sa beauté et pour illustrer l’importance de vérifier si nous voyons la même chose avant de discuter des options pour y répondre :wink:

Dans un avion, la destination prévue est acceptée par tous. qu’en est-il dans le cas de dialogue ?

Les analogies ont toujours leurs limites. Dans le cas présent, évidemment les membres d’un équipage ont choisi au départ d’accepter de partir en vol ensemble, à priori pour la même destination (ça peut changer en cours de route, par exemple à cause d’une panne).
Donc effectivement avec un dialogue ordinaire, la grosse différence, c’est qu’on peut choisir de le quitter quand on veut.
Mais quand on se sent appartenir à une communauté (une famille, un groupe d’ami, des collègues, etc…) ça peut être difficile aussi de se dire qu’il suffit de quitter un dialogue pour se débarrasser d’une situation de désaccord, de tension ou de conflit.
Ça répond à votre question ?

et bien non en fait. Car il arrive que des personnes ne veulent pas monter dans un avion dont la destination n’est pas la leur. ils ne font pas équipage. Et c’est pour moi un soucis. par exemple, dans mes proches, certains préfèrent couper les liens que de remettre en question leur perception de la réalité. C’est pour eux plus confortable de préférer des mensonges a une réalité difficile. Même le très pertinent et bien écrit lire de Laurent Gournelle est reposé bien vite… et envoyer des liens vers des vidéos ou de textes proposant une autre ou d’autres vision de la réalité construite se traduit alors par une rupture total de la communication. Face a ce qui semble être une dissonance mentale créer par les écart entre la situation décrite par les média et la réalité, le malaise ressentit semble créer une souffrance, se traduisant par de la colère, du rejet. C’est ce qui me parait le plus pervers dans la manipulation qui a été créée. La souffrance induite par la distorsion entre ce qui est proposé et la réalité, est manipulé pour créer la colère, non contre ceux qui mentent, mais bien envers ceux qui invitent a réfléchir. Du coup, je me sens démuni pour maintenir un dialogue

Merci de ce témoignage.
Moi aussi je trouve ça parfois dur quand des proches refusent le dialogue.

Ce que j’ai trouvé de plus équilibré comme réponse à ce moment là, c’est celle proposée par Yoanna MICOUD, psychologue, spécialiste dans la prise en charge des psychotraumatismes :

Comment vous recevez sa proposition ?

je goute votre partage. je ne connaissais pas Libertad et ces vidéos me permettent de constater que je ne suis pas seul face a ces problématiques. Faciliter le dialogue ne peut se faire que si la personne avec qui ont échange veut un dialogue, et je lis dans ce vidéo, qu’il ne faut pas essayer de la faire changer d’avis, mais rester avec elle en essayant de lui offrir des regards, dans la mesure ou elle l’accepte… j’ai partagé le point de vue d’un psychiatre dans le forum. je constate beaucoup que pour certaines personnes, ne serait-ce que poser un doute est très mal perçu, que cela froisse un croyance rassurante. je crois que ce psychiatre a raison, le fossé entre ceux qui croient et ceux qui réfléchissent est devenu en fait, probablement infranchissable.
merci en tout cas

1 « J'aime »

Merci à vous aussi de partager votre expérience. Je suis très motivé en ce moment à explorer la lecture des évènements que propose Mattias Desmet. Il me semble qu’il a mis à jour des clefs de compréhension essentielles. Je suis en train de voir si je vais continuer à sous-titrer tout ou partie de son entretien avec James Corbett.

Extrait :

Les dictatures sont basées sur un mécanisme psychologique primitif, à savoir la création d’un climat de peur au sein de la population, basé sur le potentiel brutal du régime dictatorial. Le totalitarisme, quant à lui, trouve ses racines dans le processus psychologique insidieux de la formation de masse.
[…]
La formation de masse est, par essence, une sorte d’hypnose de groupe qui détruit la conscience éthique de soi des individus et les prive de leur capacité à penser de manière critique.

1 « J'aime »

j’ai regardé sur le furet.com. je n’ai pas vu son livre. il est publié sous quel édition? et comment se le procurer ?
sinon. j’ai aussi essayer de partager une vision financière du monde, et donc des leviers en oeuvre, mais souvent cela ne prend pas… j’ai trouvé cette vidéo d’un hollandaise ( là traduite en français) bien interpellante et donc bonne a partager: Monopole - Un aperçu du Great Reset

Oui, j’avais bien aimé Monopoly aussi : )
Dans la vidéo Desmet-Corbett, il insiste effectivement sur l’effet contre-productif qu’il y a, à chercher à convaincre une personne sous hypnose.
Pour l’instant je n’ai trouvé son livre disponible en France qu’ici : https://www.fnac.com/r/9781645021735
et en anglais seulement pour le moment.

1 « J'aime »