De la tyrannie à l’ombre des lois, de la sécession des élites

Pour avoir la connaissance de la nature intime de notre Petit Mamamouchi, ce n’est pas dans son comportement habituel qu’il faut chercher, mais bien dans des actes et des propos imprévus, d’apparence mal explicables, scandaleux quelquefois, toujours méprisants, qui lui échappent.
Cet homme prend la hauteur du verbe pour un argument rationnel, le ton péremptoire pour un signe d’autorité. Il prend l’absence de générosité pour du réalisme intelligent. Il prend un certain dynamisme pour du cran, et la satisfaction de son appétit de pouvoir pour une philosophie de la vie.
Ce Petit Mamamouchi et ses complices ont mis un pays en garde à vue, humiliée, garrottée. Ce malheureux pays a été condamné à la camisole de force, et si il bougeait , gare!.. Nous avons vécu un vrai cauchemar, d’un côté une nation, une belle nation, et de l’autre un petit mamamouchi, prétentieux et imbu de sa personne, et voilà ce que cet homme fait à cette nation! Il lui rit au nez, il la raille, il la brave, il la nie, il l’insulte, il la bafoue!
Dans ce pays l’on ne peut plus railler un homme, mais on peut railler le peuple! Ah! quelle abominable honte ! Ah! si cela devait durer, on pourrait dire qu’il n’y aurait plus d’hommes libres et de vrais citoyens dans un tel pays.
Un pays où l’on ne peut plus plaisanter de rien au risque d’être poursuivi et condamné avec célérité par les constructeurs du « mur des cons », mais on peut insulter les braves gens impunément, et les empêcher de s’exprimer librement.
Une partie de l’élite a fait sécession, elle se moque du socle commun républicain, elle présente un appétit vorace de pouvoir, elle refuse de le partager, elle s’organise pour le conserver, coûte que coûte… La satisfaction qu’elle tire de ce pouvoir a grandi à une vitesse croissante au fur et à mesure qu’elle l’a exercé. L’énorme concours de flatteurs qui se pressent autour du petit mamamouchi, l’encens que les médias font monter vers lui en une fumée plus épaisse que le plus épais des brouillards, surexcite la volonté de puissance du ce petit Mamamouchi qui se croit au septième ciel mamamouchesque.
Et chaque jour, par ses messages, par ses harangues, par toutes les fatuités inouïes qu’il étale dans les médias, cet homme qui ne connaît pas ces citoyens, fait la leçon aux citoyens!
Les élites bobos sécessionnistes l’ont adoubé pour tout remettre selon leur ordre « nouveau ».
Ce petit Mamamouchi, à la place de l’assemblée, a mis des « godillots »; à la place des médias, la pensée unique ; à la place de la libre expression, le politiquement correct; à la place de la liberté, une morale de l’asservissement.
Seulement il oublie que viendra le temps des grandes remises en cause des hommes et des institutions, alors, ses actes de ce petit mamamouchi prendront leurs vraies figures et apparaîtront ce qu’ils furent, hideux!
Pour conclure, avec Montesquieu n’hésitons pas à affirmer :“il n’y a point de plus cruelle tyrannie que celle que l’on exerce à l’ombre des lois et avec les couleurs de la justice”.
Toute l’épopée vaccinale anticovid est dans ces mots là, le petit mammouchi et ses complices nous ont rebattus les oreilles de ce qu’ils nommaient l’Etat de Droit ils ne firent qu’exercer un abus de pouvoir à l’ombre de certaines lois, ils ne furent que les complices d’une tyrannie sanitaire indécente et à l’efficacité discutable….
Reinfo Covid pour un État sans arbitraire et sans tyrannie, libérons les français de ces élites sécessionnistes!

12 « J'aime »

entre colère et envie de vivre.
triste d’apprendre qu’un collègue est mort d’un arrêt cardio-respiratoire au cours d’un effort habituel pour lui (3 doses + 1 covid +1zona + 1 arrêt cardio-resp); mare d’entendre des professeurs de médecine vous expliquer l’économie, les vaccins l’Ukraine; inquiet malgré mes conseils de voir mes enfants se faire vacciner. Alors oui acceptons nos différences, nos envies, nos engagements et changeons de cap. C’est en cours, c’est fort c’est irréversible.
Quel temps cela prendra t il ? personne ne peut le dire; nous vivons des combats d’arrière garde comme le dit M. Maffezoli, ils peuvent être violents mais rien ne nous fera changer de route.
INVICTA !

3 « J'aime »